Origines de l’intérim

Les débuts du marché et l’autorisation en France

C’est aux Etats-Unis que l’intérim trouve ses racines. Au début du 20e siècle, les activités portuaires connaissent un véritable essor durant la période estivale. Les patrons engagent donc leurs employés pour de courtes périodes, et ne les revoient jamais.

En 1905, l’un de ces patrons, D.J. Nugent, se lasse de devoir former de nouvelles recrues chaque été. Il décide alors de garder ses employés sur sa liste de personnel, et de leur chercher un autre travail dans la région durant l’hiver.

Quelques années plus tard, en 1948, Winter et Scheinfeld, deux avocats travaillant pour la famille Nugent, lancent Manpower. Cette entreprise lance l’intérim à l’échelle nationale, puis internationale.

En Europe, la Grande-Bretagne fait office de pionnière, avec l’apparition des premières Entreprises de Travail Temporaire (ETT) en 1905-1906. La main d’œuvre est alors essentiellement féminine.

Qu’en est-il de l’intérim en France ? Si la première entreprise voit le jour dans l’hexagone en 1924, ce n’est qu’en 1953 que le marché trouve réellement sa place. Il reprend alors les codes et les méthodes de l’intérim du marché américain.

Plusieurs étapes jalonnent la croissance de ce marché sur le sol français :

  • 1956 : 7 entreprises de travail temporaire existent sur le secteur. ADECCO naît l’année suivante ;
  • 1962 : elles sont 163 de plus, et permettent à 33 000 personnes d’exercer un emploi ;
  • 1967 : cette année marque la création de la Chambre Nationale des Entreprises de Travail Temporaire. Le Syndicat National est lui créé en 1968 ;
  • 1972 : l’intérim est enfin légalisé. Le cadre législatif prévoit des clauses destinées à préserver les employés : le travail intérimaire ne peut remplacer le travail permanent et doit par conséquent se limiter dans le temps. Ce cadre tiendra jusqu’en 2005, année au cours de laquelle certains principes énoncés seront modifiés.

L’explosion de l’intérim dans les années 1990

L’amélioration des conditions d’encadrement du travail intérimaire favorise son développement. Le 12 juillet 1990, la loi renforce la stabilité de l’emploi grâce à l’adaptation du régime des contrats précaires. En 1992 est créée le Fond d’action sociale et en 1996, le Fonds pour l’emploi. La « profession » se renforce encore en 1998 avec la création du Syndicat des entreprises du travail temporaire. Deux entités existantes se rejoignent alors : PROMATT et UNET. Entre 1982 et 2000, la part de l’intérim dans l’emploi salarié a été multipliée par quatre et concerne 2% de l’emploi salarié.

Les années 2000 : la maturité du secteur de l’intérim

La fin des années 90 est marquée par une hausse de l’activité intérimaire. Elle grimpe de 8% par an depuis 1998. Cette progression s’explique par la conversion des missions en contrats stables, mais d’autres facteurs expliquent ce boom de l’intérim. Notons d’abord l’accélération du nombre d’emplois créées, puis ensuite les difficultés des entreprises à recruter les profils qui les intéressent. Enfin, soumises aux impératifs de réduction du temps de travail, les entreprises recourant à l’intérim découvrent avec bonheur la souplesse de celui-ci.

La prise de pouvoir des acteurs traditionnels

Le marché de l’intérim se répartit entre plusieurs acteurs influents, que l’on peut répartir en quatre groupes distincts.

Les principaux acteurs

Le Big 6

Le marché français est principalement dominé par trois groupes français (Crit, Proman et Synergie) et trois acteurs étrangers implantés à l’international : Adecco (Suisse), Manpower (USA), Randstad (Pays-Bas).

Crit se veut un groupe dans lequel l’humain est primordial. Une solide politique RSE encadre des valeurs fortes, comme l’inclusion, la diversité, l’égalité et la sécurité. Avec 2,488 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2019, le groupe Crit, présent à l’étranger et également spécialisé dans l’aéroportuaire, est le 1er groupe indépendant du travail temporaire en France.

Proman est une entreprise familiale, dédiée à l’intérim, au CDD et au CDI. Elle recrute dans des domaines aussi variés que l’industrie nucléaire, les banques, le médical ou encore l’industrie automobile.

Synergie promeut quant à elle la proximité, l’esprit d’équipe, la diversité et l’ambition (tant la sienne que celle de ses candidats).

A l’étranger, les entreprises les plus fortes restent Adecco, Manpower et Randstad.

Les challengers nationaux

Cette catégorie regroupe notamment Actual-Leader et Triangle.

Actual et Leader Intérim sont deux entreprises familiales également, qui ont fusionné en décembre 2018 pour donner naissance à un groupe qui représente plus d’1 milliard d’euros de chiffres d’affaires et 470 agences en France.

Entreprise familiale elle aussi, Triangle a connu une belle année 2019. Son chiffre d’affaires s’est élevé à 580 millions d’euros et elle s’est offert le rachat de son homologue espagnole, Selectiva.

Les groupes multiservices

Outre son activité d’agence d’intérim, Samsic propose aussi des prestations de service aux entreprises : propreté, sécurité et accueil, sur le territoire national et à l’international.

Derichebourg « suit » le même modèle puisqu’en plus de son activité d’agence d’intérim, le groupe propose lui aussi des services aux entreprises et aux collectivités, notamment dans l’accueil ou la sécurité, et s’investit dans la collecte et le recyclage de déchets.

Les cabinets de recrutement spécialisés

Si le groupe Kelly Services dispose d’agences d’intérim « classiques », l’entreprise s’est également dotée de cabinets spécialisés (secteur du scientifique, bancaire, paramédical).

Page Personnel observe sensiblement le même fonctionnement, avec des spécialités comme l’accueil et les services, ou le domaine bancaire.

Ces spécialisations permettent à ces deux groupes d’être au plus proche des besoins de leurs clients.

Quels services fournissent ces acteurs ?

Recrutement

Tous les groupes cités participent au recrutement de candidats pour des entreprises, en intérim mais aussi pour des contrats CDD/CDI. Leur expérience du terrain leur confère une bonne connaissance des secteurs d’activités de leurs clients et du bassin d’emploi région par région. Leur implantation locale constitue un véritable atout dans leur activité : ils disposent du vivier d’intérimaires existant. Par ailleurs, avec une spécialisation par métier, leurs connaissances se font plus pointues.

Formation

Les entreprises de travail temporaire participent activement à la formation des intérimaires. Elles organisent des sessions de formations qualifiantes pour faire monter en compétences leur vivier (par exemple, des formations CACES pour les caristes) et répondre aux besoins des clients.

Expertise juridique

Parce qu’une entreprise a parfois des questions d’ordre juridique, les acteurs de l’intérim disposent d’équipes dédiées pour y répondre.

Gestion administrative

Les entreprises de travail temporaire gèrent la relation avec les intérimaires et prennent en charge toute la gestion administrative, comme la paie. Ce service fait gagner beaucoup de temps aux entreprises.

L’innovation grâce à la digitalisation

LL’intérim compte environ 30% de jeunes de moins de 25 ans. C’est donc naturellement que la digitalisation s’est imposée, pour suivre la tendance et répondre aux attentes des entreprises clientes et des intérimaires.

Les portails Web proposés par les acteurs traditionnels

Au milieu des années 2000, les agences d’intérim ont proposé à leurs clients des interfaces Web simples d’accès, reprenant essentiellement en ligne ce que faisaient les agences physiques.

Pour faire face aux nouveaux enjeux imposés par le numérique, les agences d’intérim ont trouvé la solution : une interface simple, mono fournisseur et à usage quasi-exclusif des TPE et des PME. Ces portails se veulent alors facilitateurs des relations avec les agences. En collaboration avec elles, ils facilitent l’accès aux offres d’emploi aux intérimaires et se « contentent » de mettre professionnels et intérimaires en contact.

Les pure players digitaux, les nouveaux acteurs

La digitalisation du marché a favorisé l’émergence de nouveaux acteurs, dont l’activité se déroule tout entière en ligne. Il s’agit notamment de Qapa, Gojob ou Bruce.

Avec eux, tout le processus de recrutement se veut automatisé. Ils n’ont pas vocation à constituer un réseau d’agences physiques, et le recrutement des intérimaires se fait à distance. Le plus souvent, une technologie de matching se charge de faire correspondre un poste à un intérimaire. Cette pratique se veut fonctionnelle et à très faible coût.

Les plateformes multi fournisseurs

Avec ces portails Web très simples, cohabitent des plateformes plus élaborées, proposant aux entreprises des fonctionnalités additionnelles complètes.

Les plateformes multi fournisseurs sont très demandées par les clients ayant plusieurs fournisseurs et des volumes d’intérim élevés. Elles disposent de toutes les fonctionnalités pour assurer une gestion optimale du personnel intérimaire, en maîtrisant les risques et en réduisant les dépenses.

Embaucher régulièrement des intérimaires prend 40% de temps en plus à une entreprise par rapport à l’embauche d’un temps plein. Utiliser un logiciel regroupant les besoins et les transmettant aux agences est donc souvent indispensable pour améliorer la productivité de l’entreprise.

Grâce aux plateformes multi-fournisseurs, les entreprises peuvent également piloter très précisément leur flexibilité, avoir une vision objective de la qualité des fournisseurs et intégrer la gestion de l’intérim comme une composante à part entière dans la gestion des ressources humaines.

Au cours de son évolution, le marché de l’intérim s’est modernisé afin de répondre aux besoins. Composé majoritairement d’acteurs historiques, mais aussi de nouveaux entrants, l’enjeu pour les entreprises de travail temporaire est aujourd’hui de répondre aux besoins croissants de digitalisation et de s’adapter à des processus de plus en plus spécifiques de chaque client. Dans ce contexte, les plateformes de gestion sont aujourd’hui devenues le rouage indispensable.

Vous avez aimé cet article ?

Nous vous invitons à le partager sur vos réseaux sociaux !

Nous contacter

Vous souhaitez devenir partenaire ou simplement disposer d’une démo ?
N’hésitez pas à nous contacter !